Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Miss Paillettes dans les coulisses du Nice Music Live

Notre envoyée spéciale du Nice Jazz Festival est notre invitée pour

le Nice Music Live et vous livre ses aventures côté coulisses. 

C'est décidé, je n'écris pas de lettre à ma chère rédactrice en chef, mais je vous écris à vous directement, c'est mieux ainsi ? Non ? 

Bon, commençons par le début, soit samedi soir. Je pensais avoir un peu de repos entre le Nice Jazz Festival et le Nice Music Live, mais que nenni !!! Dès 18 heures 30, il m'a fallu récupérer mon accréditation presse pour le NML (Nice Music Live, vous retenez ?), et là joie, il y a beaucoup moins de monde, au guichet presse, qu'au lNJF. Donc en cinq minutes je récupère mon Graal auprès de la très professionnelle Charlotte, toujours aussi dynamique et souriante faut bien se le dire. J'ai eu chaud, croyez moi !!! A 17 heures, je ne savais toujours pas si j'étais accréditée et si je pouvais continuer mes petites articles pour vous. 

Bon, ma rédactrice m'avait promis un petit espace presse pour me reposer entre deux, mais cette année pas d'espace presse. Ceci n'est point grave, j'ai mon petit banc derrière les barrières de sécurité, et la buvette n'est pas loin, d'ailleurs faut que je me bouge, c'est là que nous nous sommes donnés rendez-vous avec les photographes. Non pas pour boire, mais simplement pour faire le planning de la soirée, hein !

Mon D... , que de monde !! Mais c'est pas possible ça, il fait 40°, il n'est que 18 h 30, et les Insus sont annoncés pour 22 heures seulement. Mais ils sont fous tous ses fans de Téléphone. Oui, on ne va pas se le cacher, l'âge moyen est le mien, et désolée mais moi ado je ne connaissais pas les Insus, mais Téléphone. 

Bref, à ce moment précis, je me dis que tout compte fait mon cher et tendre Vincent a bien fait d'accepter l'invitation d'un pote, il n'aurait pas supporter cette foule, qui n'en est qu'à sa naissance d'ailleurs, car une heure et demie après, il est impossible de circuler sur le parvis Masséna, foi de Miss Paillettes. 

Pour cette première soirée, j'opte pour le banc donc (merci monsieur le vigile et miss Charlotte), avec pour accompagnement une bière payée 5 euros (consigne non comprise, mais les éco-cup sont beaux), Romain et Thomas, les photographes de ce soir, du Nice Jazz Festival, les photographes quoi !!!

Blonde j'étais et je le suis encore, car je ne reconnais pas la bassiste de Miss America (le groupe niçois qui monte qui monte), et il me faudra attendre le milieu de soirée pour que l'on m'explique qu'effectivement ce n'est plus la même... Je ne suis donc ni saoule, ni blonde, simplement fatiguée, dirons nous. 

Si les Insus mettent en transe le public du parvis, ils mettent aussi en transe les quelques nombreuses personnes qui s’agglutinent hors des portes du NML. Même la place Masséna est emplie de monde. En même temps, j'avoue que le son est aussi bon à l'extérieur, et qu'au moins y a de quoi respirer et bouger, mais il manque l'ambiance !!!

C'est pour moi l'occasion d'embrasser une ancienne élève, fan des Insus (la faute à son père, faut le dire), qui est là depuis 18 heures, et dont le père a été le premier à entrer dans l'enceinte Masséna, étant là depuis 10 heures le matin. Je n'y crois pas, mais c'est tellement en adéquation avec JR, que je ne suis même pas surprise. Ce soir sera aussi une première : je joue de mon badge d'accréditée pour fendre la foule, et quelques regards envieux se posent sur moi. Bon ok, je peux me la péter quelques minutes non ? 

Il est temps de rentrer, de se reposer, car même si dimanche rien n'est prévu (pour le NML), je vous informe que cela fait 6 jours que j'arpente la promenade du Paillon, que je rédige des articles, prends des photos un peu merdiques, bois de l'eau et de la bière, discute avec les uns et les autres (qui sont les autres, je ne sais), et que franchement là j'en peux plus (de fatigue).

Moi, Miss Paillettes, je décrète que je me reposerai dimanche et lundi.. Quand soudain, lundi après-midi, le docteur m'envoie un texto pour savoir si je suis au concert de Jain au Verdure. Mais bien sûr, docteur, je suis de toutes les festivités !!!

Le docteur ? Vous ne la connaissez pas ? Ah, ben je vais vous la présenter rapidement (ou pas). C'est une jeune docteur(e), trentenaire tout juste, belle, svelte, jolie, sublime, canon, intelligente, joyeuse, aimante, généreuse (mais pas tout le temps, faut pas abuser non plus), souriante, un brin timide, intimidée (cela viendra plus tard, je vous dirai), accro aux talons, aux jupes, un peu au rosé et à la bière entre deux verres d'eau, à la vie, à la fête, aux partages (avec des bornes et des limites quand même), et puis surtout, je suis sa sœur, ou elle est ma sœur, ça c'est comme vous préférez. 

C'est donc avec ma sœur docteur que se passera la soirée "Jain". Rendez-vous fixé à 20 heures pour elle, à 19 heures pour les photographes au pied de la statue du Verdure. Le théâtre devient dès 19 heures un essaim de gens de tout âge. La musique a vraiment le don d'unir, le temps de quelques heures, des personnes venant de tout horizon, et de tout âge, et désolée mais cela m'émeut.

Les prouesses de Jain  sont de faire danser, chanter plus de 2 000 personnes, et d'ambiancer le théâtre de Verdure. Une énergie collective est palpable, le monde a décidé, ce soir, de fêter la vie. De 7 à 77 ans, tout le monde moove son corps sur les rythmes de la protégée de Yodelice, et oh ! surprise, je découvre mon cher élève Théophile en train de s'éclater avec ses deux sœurs et son père, voire même de se déchaîner. Qu'il est bon d'être le témoin de cette scène où se dégage tout simplement l'amour et le bonheur d'être en famille. 

Le docteur est à fond et m'épate par sa capacité à boire une bière, danser, et causer avec les photographes. La thématique de la discussion de ce soir ne sera pas divulguée ici-même (on peut avoir des secrets, non?), mais il se passe un truc entre eux et elle, genre coup de foudre amical !! Si, si je vous assure, et la soirée de demain nous le confirme, puisque le docteur revient pour le show de la talentueuse Camille

Minuit passé, faut songer à rentrer, car demain c'est re-belote. Ne croyez pas que d'être accréditée est synonyme de chance, repos, décontraction et tranquillité, loin de là !! Faut assumer des kilomètres de piétinement, s'imprégner de l'ambiance de chaque soir, prendre des notes, ne rien oublier des anecdotes, discuter avec les gens, s'hydrater... bref c'est un truc de fou qui éreinte par moment, surtout après 7 jours quasi non-stop. 

Mardi sera plus calme, Camille n'étant pas si connue (d'un point de vue commercial) que ça, donc c'est assez tranquille et en mode détente que nous nous retrouvons à 19 heures, avec un docteur en retard, et Vincent à l'heure. Les photographes, eux, sont toujours à l'heure, car je peux vous le dire maintenant, ces mecs là sont des professionnels qui font le taff. Ils ne se contentent pas des quelques photos dans les crach barrières, non, non ils prennent la foule, trouvent toujours un angle de prise de vue différent, et débordent d'imagination pour des photos qui sortent de l'ordinaire. 

Mais revenons à cette soirée, qui va être mémorable. Nous écoutons, tout en discutant autour d'un éco-cup de bière brune (toujours à 5 euros), la prestation de Camille à qui l'on doit reconnaître un certain don de la mise en scène. Sa musique permet de se détendre tout en discutant entre nous, et ça fait du bien. Quand soudain, Didier déboule, nous claque la bise et nous embarque en moins de deux à l'espace VIP. Je précise, ici même pour ma chère rédactrice en chef, que le concert touche à sa fin et que donc je peux accepter l'invitation. 

Didier c'est celui qui s'occupe de la restauration à l'espace presse durant le NJF. Un chouette type, d'une gentillesse extrême et qui a toujours le sourire, en tout cas avec nous. Bref, nous voilà propulsé dans l’espace VIP où le rosé va avoir raison de ma raison, où le docteur interviendra pour une entorse, où nous retrouvons Corinne, Florence (en congé), François (dit Riri), Laurent, les potos quoi !!! Miss Paillettes se doit de présenter sa sœur docteur, et avoir une telle sœur et ben je ne sais pas pourquoi ça étonne les gens. Et oui, Miss Paillettes a une sœur qui en plus d'être très belle (voir descriptif ci-dessus), est intelligente, discrète et polie. Nous ferons la fermeture de l'espace VIP, le docteur connaîtra, en moins de temps qu'il m'en aura fallu, Gilbert (dit Fifi) et Cathy et le staff du NML. C'est des étoiles dans les yeux et quelque peu impressionnée que le docteur s'en ira chez elle, car mine de rien y en a qui travaille le lendemain, et ce dès 8 heures. Moi, j'avoue je peux dormir un peu plus. 

J'espère que vous suivez jusque là, car le dernier soir du NML va tout simplement être irréel, et loin de mes prévisions de Miss Paillettes. 

Le docteur s'est gentiment fait inviter, sans rien demander, pour le dernier soir où The Avener est attendu par une foule dense et complètement déchaînée. Elle n'en revient pas mais elle est super heureuse de revenir, pour profiter de sa sœur, hein c'est ça ?? Ah, non pas que pour ça.. 

Ce mercredi soir commence fort, et le moment semble hors du temps. Je vous plante le décor : plus de 5000 personnes sur le parvis Masséna, les photographes au taff, Miss Paillettes et Docteur sur le banc au calme (quoique), un bal de personnes travaillant sur le site, quand soudain Riri et Fifi. On discute de tout et de rien, on prend la pause (Riri et Fifi), et je me vois offrir deux plants de Palmier. Un truc de fou. Je vais donc avoir dans mon jardin des pousses de palmier de la Promenade du Paillon. 

IMG_3698.JPG

Puis direction le catering tenu par la ravissante et dynamique Julia, sous l’œil attentif et la cheville un peu abîmée de Laurent. Repas pour nos amis photographe, verre d'eau et café pour docteur et moi-même. François nous rejoint, Julia peste de ne pas voir The Avener qui a déjà commencé le show, Thomas est enfermé dans sa loge du Verdure pour envoyer ses photos, Docteur s'éclipse quelques minutes pour regarder The Avener (elle sera rejointe après par Julia, mais quelques minutes à peine), Romain est avec son acolyte, Miss Paillettes quant à elle, ben elle discute avec Lolo et Riri. On cause relations humaines, réseaux sociaux qui cassent un peu la communication entre les gens, bilan de ces neuf soirées, et puis de tout et de rien, et de la beauté du docteur. Mais elle a tapé dans l’œil de tout le monde, dites-donc !!

Retour pour la fin du concert de The Avener sur le parvis Masséna, toujours avec la sœur. Nous y retrouvons nos photographes, nous nous fixons rendez-vous dans une demi-heure à l'entrée de l'espace VIP (blindée en cette dernière soirée). Le final est simplement magique avec un Nissa La Bella qui émeut la foule et qui fait naître des frissons, avouons-le. 

Il est l'heure de quitter le parvis Masséna, de s'en aller rejoindre Thomas et Romain, de remercier au passage toutes les personnes qui m'ont permis, à moi Miss Paillettes, de vivre ses neuf soirs. Nous nous accordons un petit temps pour boire le dernier verre de cette aventure, et là patatra nous voilà embarqués chez Gilbert, dans son mobil-home. L'occasion de découvrir le dessous de la scène, car oui les structures commencent à être démontées, et de constater qu'une kyrielle d'hamacs sont suspendus sous la structure afin de permettre aux gens de se reposer. 

Un verre de champagne avec Cathy, Thomas, Romain, Docteur. Gilbert nous rejoindra plus tard entre deux appels, puis Sébastien Buchet (responsable communication et événementiel à la mairie de Nice) se joindra à nous avec Thierry. Gilbert a offert son chapeau à Thierry en le dédicaçant d'ailleurs. L'année prochaine il offrira un chapeau chinois :) Cathy pète la forme malgré l'heure tardive et nous fait rire. Thomas et Romain ne nous parlerons pas de frelons asiatiques pour cette année, mais leurs sujets de conversation n'en sera pas moins excentrique. Nous (le docteur et moi) avons le droit à un cours photo avec la règle des tiers, bref, tout le monde décompresse, l'heure avance, il nous faut rentrer. D'ailleurs un appel téléphonique va nous le rappeler, hein docteur :) 

Miss Paillettes est heureuse de vous dire que c'est la fin de ses aventures sur le NML pour cette édition 2017, qu'elle est ravie d'avoir repris son amitié avec Romain, et que Docteur a eu un sacré coup de foudre amical pour nos deux photographes hors-pairs, que le staff du site est composé à 99% de gens biens, simples et sains, et qu'il fait tout simplement bon de partager de tels moments où l'on est tout simplement heureux d'être en vie et que oui, il nous faut continuer à croire en l'être humain. 

Sur ces belles paroles, je vous laisse pour simplement quelques heures, puisque dès demain vous aurez à découvrir le portrait chinois de quelques personnes travaillant dans l'ombre du NJF et/ou NML. Je vous envoie des paillettes de toutes les couleurs et vous remercie de votre fidélité à lire mes petites chroniques. 

 

Écrire un commentaire

Optionnel