Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nouveautés

  • Les deux dernières soirées du NJF : un hymne à la vie, à la fête, à la joie et à l'amour

    Jeudi et vendredi étaient les derniers soirs de cette édition 2017 du Nice Jazz Festival, deux soirs d'hymne à la vie, à l'amour, à la joie.

    Lire la suite

  • Des nouvelles de Miss Paillettes

    Miss Paillettes nous a écrit hier soir une drôle de lettre, pour son troisième soir au NJF

    Lire la suite

  • Miss Paillettes, Amalone et Con Brio

    En ce mardi 18 juillet, notre Miss Paillettes a opté pour une vieille paire de Stan Smith, et son super Tote Bag d'Amalone. Vous ne connaissez pas Amalone, amis sudistes ??? C'est la marque incontournable de cet été à ne rater sous aucun prétexte, et qui plus est, elle est dédiée aux hommes, alors filez vite jeter un coup d’œil ici

    Lire la suite

  • Jour 2 : La claque émotionnelle d'Ibrahim Maalouf

    Hier soir, deuxième soir du NJF, larmes, frissons et émotions se sont emparés de chaque partie constituant le corps humain. L'auteur de cet exploit n'est autre que le grand Ibrahim Maalouf. 

    Lire la suite

  • Ouverture du Nice Jazz Festival 2017

    Après une année de silence, le Nice Jazz Festival ouvre ses portes ce soir. C'est avec joie, mais aussi un sentiment étrange, que je me prépare à retrouver les scènes du Théâtre de Verdure et de Masséna, pour une programmation exceptionnelle pour ce cru 2017. 

     

    Lire la suite

  • Quand la Petite Maison décerne son premier prix littéraire

    Ce mois de mai 2017 a vu naître le Premier Prix Littéraire de la Petite Maison à Nice. Nicole Rubi nous a offert une parenthèse enchantée dans son restaurant où littérature et cuisine niçoise se sont mariées à merveille. 

    Lire la suite

  • La dernière soirée du NJF 2015 sur la scène Masséna

    Le Nice Jazz Festival tire sa révérence pour son édition 2015 dans une ambiance de folie avec les dynamiques et mytiques Kool & The Gang

    Lire la suite

  • Une quatrième soirée au NJF, cotés Verdure et Masséna

    En ce quatrième soir, le Théâtre de Verdure et la scène Masséna nous offrent une belle programmation. Baskets de rigueur pour aller d'une scène à l'autre

    Lire la suite

  • Troisième soir du NJF, côté verdure

    En ce troisième soir, mon accueil est ponctué de "Alors, on a boudé la scène du Théatre de Verdure, mardi ?" Preuve que mon article a été lu, c'est une bonne chose. Aussi, ce soir, je ne serais qu'au Théâtre de Verdure.

    Lire la suite

  • Deuxième jour du NJF, côté presse, pour de belles annonces

    En ce deuxième soir du NJF 2015, je vous ouvre les portes de l'espace Presse et vous conte ce qui se trame autour des trois grâces, mais pas que !

    Lire la suite

  • Vingtième édition du Festival du Livre de Nice

    Jour 2 du Festival du Livre de Nice en ce samedi 6 Juin

    Lire la suite

  • La mode comme observatoire du monde qui change de Gérald Cohen - L'Editeur

    Gérald Cohen est publicitaire, mais pas que. Il est un homme humain, inventif (on lui doit le concours BabyBrand), et d'une loyauté hors pair. 

    Son premier livre est un document sur la mode, la mode dans tous ses états et la mode comme observatoire du monde qui bouge, et cet axe d'analyse est plus qu'intéressant, il est novateur.

    Lire la suite

  • Quand je serai grande, je serai vieille de Diane Peylin - Flammarion

    Diane Peylin est une amoureuse de la mer qu'elle sillonne à la découverte de nouvelles terres, du monde. Diane Peylin c'est une jeune maman, auteur de plusieurs romans et surtout une très belle découverte pour la lectrice que je suis. 

    Lire la suite

  • Château de la Messardière : Prix Roman de l'été 2015

    Du 8 au 10 mai 2015, le Château de la Messardière, palace depuis Juin 2012, accueillera pour sa cinquième édition, un parterre de personnalités du monde de la littérature qui décernera le Prix du Roman de l'Eté. 

     

    château de la Messardière, prix roman de l'été

     

    Lancé par Alexandre Durand-Veil en 2011, directeur général du Château de la Messardière, ce prix a ses spécificités propres. Tout d'abord il est décerné à l'aube de l'été, et met en exergue un roman français paru au printemps de la même année. Les finalistes, au nombre de trois, passent un grand oral devant un jury de qualité et un public attentif et passionné. Le tout dans un cadre magnifique où la nature, les arts, le calme cohabitent dans un écrin chic et agréable. 

    Pour cette année 2015, le jury est présidé par Jean-Marie Rouart de l'Académie Française. Cet homme, écrivain, essayiste, journaliste et chroniqueur m'avait émue avec son dernier roman autobiographique  "Ne pars pas avant moi", paru en 2014 chez Gallimard. 

    A ses côtés, Colombe Schneck, lauréate du prix l'année dernière avec son "Mai 67" (Robert Laffont), et auteur de "Dix sept-ans",  poignant témoignage sur l'IVG, paru chez Grasset en ce début d'année. 

    Mohammed Aissaoui du Figaro Littéraire, Elisabeth Barillé grand reporter et écrivain (Le goût de la Russie - Mercure de France 2015), Jérome Beglé directeur adjoint de la rédaction "Le Point", Olivier Bellamy de Radio Classique, et la belle  Emmanuelle de Boysson écrivain, journaliste et présidente du très beau prix de La Closerie des Lilas sont aussi membres de ce prestigieux jury.

    Ils sont accompagnés de Didier Van Cauwalaert, lauréat en 2013 du Prix du Roman de l'Eté, et un auteur que l'on ne présente plus, de Catherine Enjolet lauréate du Prix Paris 2014 pour son "Face aux ombres", un thriller psychologique ; de Capucine Motte, romancière, lauréate du prix Roger-Nimier en 2013 pour son roman "Apollinaria : une passion russe" et de Gonzague Saint Bris, auteur bien connu aussi. 

    Ils auront à écouter trois auteurs talentueux, dont deux que j'affectionne particulièrement, pour ensuite délibérer et remettre le Prix du Roman de l'Eté 2015.

     

    Lionel Duroy, Echapper, Julliard

     

    Est-ce Lionel Duroy avec son "Echapper" (Julliard) qui le remportera ?

    Lionel Duroy est de ces hommes qui manient la plume avec finesse et émotion. Sa plume est telle qu'elle est empruntée par quelques personnalités pour la publication de leur autobiographie. Il m'avait bouleversée avec "Le Chagrin", un livre paru en 2010 et que l'on se doit d'avoir. 

     

     

     

    Carole Fives, C'est dimanche et je n'y suis pour rien, Gallimard

     

    Ou serait-ce la délicieuse Carole Fives pour "C'est dimanche et je n'y suis pour rien" (Gallimard) ?

    Carole Fives écrit aussi pour la jeunesse, et l'étude de son album "Est-ce que la maîtresse dort à l'école?" avec mes élèves a été un pur moment de bonheur. Quant à moi, j'ai dévoré "Que nos vies aient l'air d'un film parfait", l'année dernière. Carole a du talent.

     

     

     

    Baronne Blixen, Dominique de Saint Pern, Stock

     

    Mais "Baronne Blixen" de Dominique de Saint Pern (Stock) peut aussi remporter le prix.

    Un livre qui retrace les vies successives de Karen von Blixen. Ce nom ne vous dit peut-être rien, mais on doit à la Baronne Blixen le magnifique roman "La femme africaine" qui sera adapté au cinéma cinquante après et qui connaîtra un succès mondial, puisqu'il s'agit de "Out of Africa". 

     

     

     

    En attendant les délibérations, je vous invite à lire ses trois romans, à les embarquer dans vos valises pour les vacances d'été, et l'on se donne rendez-vous le 09 mai pour connaître le lauréat 2015.

  • Le restaurant La Gauloise s'installe au NJF avec Fred et Laurent

     

    La Gauloise, NJF 2014

    Ma rencontre avec eux remonte à trois ans, si ma mémoire est bonne, lors de la Crazy Week. Depuis, nos routes se croisent souvent, et surtout, je suis devenue une fan absolue de leur cuisine qu'ils vous offrent du mardi au dimanche dans leur restaurant "La Gauloise" au 28 Rue Malausséna, au coeur du quartier de la Libération (pour les niçois) ou, si vous préférez à deux pas de la Place Général de Gaulle à Nice. 

     

    Depuis quatre ans ces deux associés assurent la restauration du staff du NJF et des artistes aussi, et ce midi et soir. Ils ont trouvé quelques minutes à m'accorder pour me dire oh combien ce festival est important pour eux, la somme de travail que cela représente mais surtout oh combien ils sont heureux d'être là. 

    Ils sont de ces rares personnes qui prennent un réel plaisir à donner du plaisir à autrui : plaisir de manger, de se détendre dans une atmosphère sereine, calme et joyeuse. Tous les ingrédients d'un moment de  détente sont réunis dans leurs restaurants éphémères. Deux lieux : un pour les artistes et leur staff : le village Masséna, un pour les techniciens et le personnel du NJF : côté Verdure (au-dessus de la scène). Ces deux restaurants nécessitent deux jours de montage, d'installation. Donc depuis dimanche, Fred et Laurent, ainsi que leurs employés s'emploient à tout mettre en place : tables, chaises, cuisines, plonge... 

    Le jour J est enfin là. Il s'agit pour eux de passer à la préparation de tous les repas, soit une moyenne de 350/400 repas par jour. Les menus sont pensés et composés en fonction principalement des doléances (parfois particulières) des artistes. Il faut aussi penser diététique. Le midi ils s'orientent donc plus vers des grillades qui sont très appréciées en ce début d'été. Pour le dîner, les plats sont plus consistants, et ils n'omettent jamais de proposer féculents, légumes, viandes, poissons, fruits...Bref des repas équilibrés et succulents qui ravissent tout le monde. 

    Les plats sont préparés avec soin dans leur laboratoire "1 + en +" (juste à côté de leur restaurant La Gauloise) dès le matin, puis livrés sur place en respectant bien évidemment la chaîne du froid. Tout est fait maison, au jour le jour, et grâce à la complicité de leurs fournisseurs qui sont au top, et grâce aussi à la proximité du marché qui offre chaque jour son lot de fruits et légumes frais et de la région. 

    Quand arrive l'heure de servir tant les artistes que les techniciens, c'est pas moins de vingt-quatre personnes qui s'affairent derrière les vitrines alimentaires installées dans les deux  points de restauration. Un personnel qui comme leurs patrons a toujours le sourire, et vous accueille avec sympathie et bonheur. Comme ils aiment à le dire, travailler ici pour le NJF c'est le plaisir de se renouveler chaque jour, c'est un défi à relever et je vous assure que ces deux professionnels relèvent le défi avec succès. Ils sont partie prenante de la bonne image de la Ville de Nice pour laquelle ils travaillent depuis 9 ans maintenant. 

     

     

    IMG_0439.JPG

    IMG_0438.JPG

     

    Fred et Laurent ont aussi en charge le confort des artistes dans les loges, et ils réussissent là aussi à offrir des prestations au top. 

    Il est temps pour eux de retourner au service de leurs clients du festival, mais avant de nous séparer ils tiennent à dire leur admiration et à remercier Gilbert Zappia, cet homme qu'ils apprécient vraiment et ça se ressent, et m'invitent alors à visiter le restaurant VIP du Village Masséna, et à déguster un hamburger fait maison au restaurant du Théâtre de Verdure. 

    Merci à vous deux, à votre équipe et à très vite à la Gauloise dont on retient absolument l'adresse : 28 Rue Malausséna à Nice. 

     

    LA GAULOISE.jpg