Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quand la Petite Maison décerne son premier prix littéraire

Ce mois de mai 2017 a vu naître le Premier Prix Littéraire de la Petite Maison à Nice. Nicole Rubi nous a offert une parenthèse enchantée dans son restaurant où littérature et cuisine niçoise se sont mariées à merveille. 

La Petite Maison est une institution familiale et niçoise où il fait bon partager un moment gustatif. En ce vendredi 12 mai, La Petite Maison est devenue, grâce à Nicole et sa fille Anne-Laure, un haut lieu de la littérature. Rendez-vous était fixé à 18 heures pour la remise de ce premier prix littéraire. 

Un jury d'exception, sous la présidence de Patrick Besson (à qui l'on doit, et oui "La boum", mais surtout La femme riche, Maryline Monroe n'est pas morte, Un état d'esprit entre autres - romans que j'ai adorés et dévorés, j'avoue), qui compte Sylvie Le Bihan, auteure que j'affectionne et qui ne vous laissera pas indifférent après lecture de "L'autre" et "Qu'il emporte mon secret" (deux livres bouleversifiants), Anne-Sophie Stéfanini dont son premier roman "Vers la mer" m'avait emballée, Georges-Marc Bénamou dont il faut lire "Le dernier Mitterand" (à mon sens), Bruno de Cessole, auteur de nombreux essais, Eric Fottorino grand auteur contemporain et directeur de la publication et cofondateur du 1, à lire absolument, et l'incontournable Henry-Jean Servat

Trois romans en lice, et pas des moindres. Ce premier prix annonce la couleur pour les années à venir. Il vous faudra maîtriser la plume avec finesse, choisir les bons mots, tenir votre lecteur en haleine, et l'embarquer dans des mondes inexplorés.

laura alcoba; danse de l'araignée; gallimard; prix de la petite maison; nice Laura Alcoba s'est emparée d'une plume acidulée, comme des bonbons multicolores qui piquent,pour nous offrir un beau voyage, troublant, émouvant et facétieux, dans son monde d'adolescente. Entre un père absent resté en Argentine, un exil pas facile au porte de la vie parisienne (Bagnolet), Laura nous mène par le bout de ses mots, de sa ponctuation, de sa plume dans son chez elle, et nous ne pouvons qu'accepter cette belle invitation. La danse de l'araignée, paru chez Gallimard est à lire de toute urgence.

pierre adrian; des âmes simples; édition des équateurs; prix de la petite maison; niceChangement de ton, changement de lieu avec Pierre Adrian et son roman "Des âmes simples" (Edition des Equateurs). Il nous faut chausser nos godillots de montagne et partir en balade dans les Pyrénées. En compagnie du narrateur, nous partageons la vie d'un homme d'Eglise, Pierre. Au fil des pages, nos émotions divergent et convergent. Le style de Pierre manque parfois de fluidité, mais nous ne pouvons résister à "aller" jusqu'au bout. Un roman qui ne peut laisser indifférent, et qui, pour ma part, me laisse admirative de cette jeune plume qui gagne à être connue. 

 

anne akrich; il faut se méfier des hommes nus; prix de la petite maison; nice Troisième auteure en lice, Anne Akrich. Cette jeune femme, qui plus est sublime, au regard doux et sincère, m'avait déjà interpellée avec son premier roman "Un mot sur Irène". Pour son deuxième roman, "Il faut se méfier des hommes nus" (Juilliard), Anne Akrich change de registre, mais l'écriture est toujours aussi pertinente.  La narratrice, Cheyenne, nous offre un vol long courrier pour Tahiti, où nous oscillons entre Marlon Brandon, drogue, humour, violence. Il ne s'agit pas d'une biographie du mythique acteur, mais d'un roman où le lecteur découvre une face cachée de cette île que l'on nous vend comme un paradis. J'ai été encore une fois happée par la plume d'Anne Akrich

Ma timidité me saisit tout le corps dès lors que j'entre dans la salle de restaurant. Je suis impressionnée, ne connait pas grand monde, mais j'échange avec les uns et les autres. Nous venons tous d'horizons différents, mais Nicole maîtrise l'art de la rencontre, et tout le monde se salue, échange. Nous sommes à la maison, effectivement. Coupes de champagne, petits fours dont les recettes restent secrètes, mais éveillent nos papilles, sont de mises ce soir. Les musiciens nous bercent de leurs notes. Des visages connus, de Patrick le libraire, à Denise Fabre, des rires, des sourires, et puis César, petit gars de 7 ans, malicieux et me prenant la main pour me montrer le film de Nice, me démontrer que l'on peut construire une fusée avec trois fois rien. Ainsi se déroule une partie de la soirée, en attendant la venue de Christian Estrosi pour la remise du prix. 

Christian Estrosi; Nicole Rubi; Prix de la petite maison

Il est enfin là. Il s'empare du micro et ses mots sont justes sincères et quelle déclaration d'amour à Nicole. L'émotion s'empare de l'assemblée, et ce qui touche avant tout c'est la sincérité. Après ces quelques mots émouvants, il est l'heure d'annoncer le premier lauréat, et c'est la jolie et douce Anne Akrich qui se voit l'élue de ce soir, de ce premier prix littéraire. 

Merci à Anne-Laure de ce moment offert. Merci à Nicole de son invitation. Merci à Sylvie de cet échange sans cigarette. Il est temps pour moi de vous quitter, la timidité me reprend, je vous cherche du regard, et n'ose venir vous saluer, mais encore merci pour tout. 

Un premier prix, une belle réussite, et longue vie au prix de la Petite Maison. 

Bérangère

La Petite Maison : 11 Rue Saint François de Paule 06000 Nice - 04 93 92 59 59

Crédit photo : Anne Laure Rubi

Écrire un commentaire

Optionnel