Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A posteriori, a priori - Page 5

  • Prix Messardière 2014

    logo.jpgIl est de ses rencontres qui bouleversent votre quotidien.Telle fut ma rencontre ce vendredi avec Sarah Lhermitte à la tête de Made In Riviera, le mensuel 100% Nice et Côte d'Azur qui en cette nouvelle année, s'est associé à Culture Mag.

    Autour d'un café et d'un coca (même plusieurs cafés, avouons-le), nous n'avons eu de cesse de parler de la culture dans notre région que nous chérissons tous. Me sachant passionnée de littérature, Sarah m'offre un open space pour vous causer livres, pour vous faire découvrir des auteurs, une fois par mois donc dans son magazine. Vous dire que je suis heureuse est anodin, vous dire que j'ai un peu le trac l'est moins car il est réel.  prix messardiere,saint tropez,prix littéraire,roman français,made in riviera

    Mais en attendant l'édition du mois de Mai, et en partenariat avec Made In Riviera et Culture Mag, je vais vous parler d'un prix littéraire, le "Prix Messardière"

     

    Le Prix Messardière est décerné chaque année au Hôtel Château de la Messardière à Saint-Tropez. Ce lieu mythique et majestueux fut d'abord un château construit au XIXème siècle. Le château a connu le faste de fêtes somptueuses accompagnées par la douceur d'accords de musique, ou l'abandon, livré selon la légende, aux quatre vents. C'est donc un lieu chargé d'histoire, où il règne en effet une atmosphère particulière, à la fois excitante et mystique. 

     

    prix messardiere,saint tropez,prix littéraire,roman français,made in riviera

     

    Il est donc un lieu où les artistes sont nombreux, où les artistes internationaux du très élitiste Festival Classique de Ramatuelle ont élu domicile, où une place de choix est réservée à Victoire de la Messardière qui expose ses œuvres dans le château de ses ancêtres. Il est un lieu sur les terres de Colette et de Sagan où manquait la littérature, et où en 2011 la Première édition du Prix Messardière a vu le jour. 

    Ce prix a pour vocation de désigner le livre qu'il faudrait retenir, le livre que nous emporterions si nous devions en choisir un seul. Un roman qui va nous accompagner dans nos villégiatures estivales, le texte pour ces moments de repos et de liberté, l'ami fidèle, agréable et enrichissant avec qui nous souhaitons passer l'été qui s'annonce. Il s'agit donc du prix du roman de l'été. 

    Plus que jamais engagé dans une démarche artistique, le Château de la Messardière s’ouvre au monde de la littérature en créant donc ce prix. Ce nouveau rendez-vous culturel n'a d'autre ambition que de vous aider à choisir "LE" roman qui accompagnera vos moments de détente de d'évasion durant la saison estivale. 

    Pour cette quatrième édition, 17 éditeurs ont présenté 27 livres. Lors de sa première réunion le jury a sélectionné les ouvrages suivants :

    • Tuez qui vous voulez d'Oliver Barde-Capuçon - Acte Sud
    • Fais le pour maman de François-Xavier Dillard - Fleuve Noir
    • De père légalement inconnu de Françoise Cloarec - Phébus
    • Un garçon disparait de François Rivière - Rivages
    • Les brumes de l'apparence de Frédérique Deghelt - Acte Sud
    • L'autre de Sylvie Le Bihan - Le Seuil 
    • Le Piège de Lovercraft d'Arnaud Delalande - Grasset
    • Le livre de René Belleto - POL
    • Mai 67 de Colombe Schneck - Robert Laffont
    • Les rouges de Pascale Fautrier - Le Seuil 

     

    Le roman qui remportera ce prix, est donc un roman français, une oeuvre de fiction populaire touchant à l'évasion sous toutes ses formes : amour, aventure, histoire, suspense. 

    Nous connaîtrons d'ici peu les trois finalistes, et le lauréat sera connu fin mai. Le  prix sera remis sur les belles terres varoises, dans un cadre féerique. Je ne manquerais pas de vous tenir au courant. Vous pouvez compter sur moi.

    Les lauréats des années précédentes :

    - La femme de nos vies de Didier van Cauwelaert - Albert Michel (2013) 

    - Le quadrille des maudits de Guillaume Prévost - Nil (2012)

    - L'odeur du figuier de Simonetta Greggio - Flammarion (2011)

    Les membres du jury 2014

    • Michel Legrand : parrain 2014
    • Jean Brousse, Président
    • Didier van Cauwelaert, écrivain - lauréat 2013
    • Marie-Christine Imbault, journaliste - Livre Hebdo
    • Antoine Lanzaro, libraire de Saint-Tropez
    • Macha Méril, comédienne
    • Patrick Mahé, journaliste et écrivain
    • Daniel Martin, journaliste et critique littéraire à La Montagne
    • Marianne Payot, journaliste et critique littéraire à L'Express
    • Gonzague Saint Bris, écrivain. 
  • Portrait chinois d'Akli Tadjer

    akli-tadjer-1.jpg

    Akli Tadjer s'est livré en toute confiance à l'exercice du portrait chinois. Comme toujours l'humour est au rendez-vous, je vous laisse le soin de vérifier tout cela. Et puis, n'hésitez pas à lire son dernier roman "Les Thermes du Paradis", paru aux éditions JCLattès. 

     

    Akli, si tu étais :

    • Un signe de ponctuation ? Exclamation !

    • Une chanson française ?  Les Yeux de la mère (Arno) il est Belge.

    • Un moyen de locomotion ? Le vélo.

    • Une œuvre d’art ? Le déjeuner sur l’herbe de Manet

    • Une devise ? Qui ne risque rien, n’est rien.

    • Un roman ? Je crois que sans « Les Ritals » de Cavanna, je n’aurais jamais écrit.

    • Un mot ?  Aimer

    • Un adjectif ? fort

    • Une ville ? Paris

    • Un philosophe ? N’importe quel chinois, on peut leurs faire dire ce qu’on veut

     


     

  • Les Thermes du Paradis d'Akli Tadjer - JCLattès

    les-thermes-du-paradis.jpg

    Akli Tadjer est un habitué de mon blog, car il est un auteur que j'apprécie, car il est un homme bienveillant, car il est de ces auteurs qui maîtrise une plume vive, alerte et humoristique. 

    Rencontré voici deux ans, au détour d'un stand du Salon de Livre de Nice, je lui dois de belles rencontres, telles Gilles Paris, Grégoire Delacourt, Delphine Bertholon... J'ai découvert son talent voici deux ans à peine.  Il est aussi une belle rencontre littéraire pour quelques amies, dont Marion, l'amie d'enfance. 

    Il nous revient en 2014 avec "Les Thermes du Paradis". Un opus de 314 pages paru aux éditions JCLattès en Mars 2014, reçu dans ma boîte aux lettres à cette période. Mon retard de chronique est dû à quelques soucis seulement, car ce livre fait partie de mes coups de cœur pour ce premier semestre 2014.

    Je retrouve la plume d'Akli, je retrouve son style, son humour et surtout son don à tourner toute situation dramatique en comédie, en rires. 

    Dès la première page, le ton est donné avec cette superbe citation de Romain Gary "Il ne faut pas avoir peur du bonheur, c'est seulement un bon moment à passer". 

    Adèle est à la tête d'une entreprise familiale, une entreprise de pompes funèbres, bref elle est croque-mort. Sa meilleure amie et co-locataire, Leila,est elle thanatopractrice (elle répare les morts pour les rendre beaux). Les personnages et le décor sont plantés dès les premières pages, et l'on se demande où va nous mener la plume d'Akli. Il rompt avec ses précédents romans par cette présentation d'un monde où l'on pense que le rire et l'humour ne peuvent avoir place. Cependant, on retrouve l’œil perçant de cet auteur, cette facilité à injecter de l'humour dans toutes situations. Parfois caustique, parfois cassant, Monsieur Tadjer nous promène par le bout du nez par le bout de sa plume. 

    Adèle est célibataire, ne trouve pas chaussure à son pied. Faut dire qu'annoncer son métier en fait fuir plus d'un. Cependant, sa sœur bienveillante lui organise la fête de ses trente ans qu'elle s'apprête à fêter d'ici peu. Fête à laquelle les amis d'enfance sont conviés,fête durant laquelle Adèle se doit (pour sa sœur) de trouver l'homme de sa vie. Mais Adèle se fiche de ses trente ans, elle sait qu'elle n'est pas bandante. Elle en veut à son père d'avoir hérité de lui son teint de bougie, son long nez et ses lèvres fines qui lui donnent en permanence cet air austère ou revêche.  Sans parler de ces yeux bleus, du même bleu que le détergent pour chiottes Canard WC. (p17)

    Leïla est quant à elle reniée par sa famille musulmane. Akli nous décrit avec beaucoup de réalisme et d'humour les convictions des familles musulmanes. On en rit,on est obligé, qui plus est quand tout cela est écrit par un auteur qui connaît bien le sujet. 

    Leïla est l'amie que l'on souhaite. Elle s'occupe de quatre macchabées dans une journée pour offrir une paire de Louboutin à son amie Adèle, elle lui signifie que non elle n'est pas moche, elle se trouve moche ce n'est pas pareil (p39), que quand elle aime, elle ne compte pas...Bref, l'amie, la vraie. 

    Bref, ces deux jeunes filles d'aujourd'hui vont partager leur quotidien au cours de ces quelques trois cents pages. Mais surtout, Adèle va trouver l'amour, le grand. Non, elle ne sera pas la conjointe d'un homme "normal". Elle tombe amoureuse d'un masseur qui officie aux Thermes du Paradis. Un homme noir, aveugle. Personne ne veut croire à cette histoire, sauf elle, sauf lui, sauf Leïla. 

    "J'aime être nue dans le noir avec lui. Dans le noir je m'oublie, je me donne et je me damne, le noir est la couleur de mes nuits, le noir est la couleur de mes jours, le noir est mon refuge, le noir est mon pays, le noir est la couleur de l'homme que j'aime, je suis faite pour vivre et mourir dans le noir" (p172)

    Par amour pour lui, elle va gravir tous les obstacles, elle va aller au bout de ses possibilités. Jamais elle ne va faillir, jamais elle ne baissera les bras, jamais elle se dira que cette histoire n'est pas possible. Elle aime, elle ne peut abandonner cet amour hors norme. 

    Mais Léo voudra-t-il de cet amour ? Léo, cet homme noir, qui vit dans le noir mais qui du bout de ses doigts ressent toutes les émotions de ces femmes et hommes qui viennent se faire masser. Léo qui a un coup de foudre pour Adèle. Léo pourra-t-il aussi oublier son ex-petite amie qui revient vers lui ? Léo acceptera-t-il l'opération de la dernière chance qui lui permettra de voir le monde ? Et comment réagira-t-il si la vue devait revenir ? Sera-t-il toujours aussi amoureux d'Adèle ? 

    De son handicap il en fait une force. Il apprend à Adèle à aimer de manière différente, il initie aux jeux de l'amour qui ne passent que par le toucher, l'émotion, la sensation. Léo est un homme attachant et qui tiendra le lecteur en haleine jusqu'à la dernière page, je vous l'assure. 

    Akli décrit chaque moment avec une plume fine, ardente, vive et incisive. Derrière une histoire peu banale d'amour, on ne peut être insensible aux métaphores, aux phrases de cet auteur. Il pose un regard sur tout ce qui l'entoure, il a le sens du détail, de l'analyse. Ses descriptions sont poétiques, parfois érotiques aussi. Je découvre aussi un homme qui maîtrise tous les détails des chaussures Louboutin, sujet que je ne maîtrise absolument pas. 

    Akli a du faire une immersion dans le monde féminin pour écrire un tel roman. Il décrit l'intimité des filles avec une justesse et une réalité étonnante. 

    "C'est du cinq cents calories l'unité, mais ça vaut le goût. Tant pis pour nos hanches, tant pis pour nos fesses, welcome capitons et cellulite". 

    "Tu me fatigues avec tes complexes. Il y aura toujours une fille plus belle que toi devant toi.Si Léo t'aime, il t'aimera de jour comme de nuit. Sinon c'est un con et il ne te mérite pas. Moi aussi j'ai des complexes, mais je les mets de côté et j'avance". (p201)

    Le titre du livre est pertinent, mais il aurait pu aussi être "Les cercueils ne sont ni repris, ni échangés" (p46)

    Un roman à lire, à dévorer, à embarquer cet été, à partager. 

     

     

     

     

  • Irène Frain ouvre les "Jeudis Littéraires" à Nice

    jeudis littéraires0001.jpgLa semaine dernière je vous faisais part de ce nouveau rendez-vous niçois et littéraire, auquel je me suis rendue ce jeudi 17 avril avec mon amie Nathalie Coste, dont je ne manquerai pas de vous parler dans quelques jours. Mais ça c'est une autre histoire. Revenons à notre premier Jeudi Littéraire, à qui l'on doit l'initiative à Aurélie de Gubernatis. 

    17h45 : Nous franchissons le seuil de cette superbe bibliothèque "Louis Nucera". Tout au fond quelques chaises, quelques personnes sont déjà installées. Nous nous avançons dans le silence le plus complet (quelques étudiants travaillant), et nos yeux balaient cet espace dédié à la lecture. C'est la première fois que j'entre. Je découvre donc l'architecture moderne de cet espace. 

    De loin, j'aperçois Irène Frain, déjà rencontrée la semaine dernière dans le cadre du Prix Baie des Anges-Nice-Matin, dont elle est jury. Toujours aussi souriante, belle, charmante et douce. Se tient à côté d'elle, une belle femme blonde qui n'est autre qu'Aurélie. Je me présente, son accueil me fait rougir. Elle sait qui je suis car un ami commun lui a conté mon billet de la semaine dernière. Merci Gilles !

    Nous prenons place, et j'observe, je prends des notes aussi. L'attente semble longue. Mais qui attendons-nous ? Irène est là pourtant.... 

    Le public est mixte, la moyenne d'âge est la soixantaine, mais je me sens bien malgré ma petite quarantaine :-) 

    Les gens se parlent, ils sont des habitués des conférences. Le débat porte sur Françoise Sagan, dont le fils vient de tenir une conférence au CUM de Nice. D'autres cherchent Irène Frain du regard. Ils ont lu ces œuvres mais sont incapables de mettre un visage sur cette plume. 

    18h20 : des pas résonnent, des hommes en costumes sombres s'avancent. Qui sont-ils ? Les visages se dessinent et nous découvrons alors que Monsieur le Maire, Christian Estrosi, est là. Il est accompagné de Jean-Luc GAGLIOLO, conseiller municipal délégué au Patrimoine, à la Lutte contre l'illettrisme, au théâtre, à la culture et à la langue niçoise, et déjà rencontré aussi dans le cadre du Prix Baie des Anges, en sa qualité de jury. 

    jeudi littéraire première.jpgMonsieur Christian Estrosi, en sa qualité de maire, est heureux d'inaugurer cette belle initiative. Il ne manque pas de nous rappeler Louis Nucéra, de mettre l'accent sur le livre et la ville de Nice, la lutte contre l'illettrisme, le salon du Livre qui ne va pas tarder. Son discours est élogieux, et avouons qu'il est un grand orateur. 

    La parole est donné à Aurélie de Gubernatis qui a son tour remercie tous les partenaires qui ont permis que les "Jeudis Littéraires" voient le jour. Irène Frain prend place, l'échange peut commencer, et c'est avec joie et le sourire aux lèvres qu'Irène s'adresse à son public. 

    Attachée à la ville de Nice, elle remercie Suzanne Nucéra,veuve de Louis, de sa présence. Entre ses deux dames charmantes et élégantes une longue histoire d'amitié, une certaine complicité que l'on peut palper. Pour Louis Nucera, la question des origines était très importante, et c'est pour cela qu'Irène, au-delà de l'amitié, nous parle de cet écrivain niçois. En effet, Irène est venue nous présenter son dernier roman "Sorti de rien", paru chez Seuil. C'est un livre de mémoire, d'amour, un livre de la mémoire et du présent. 

    sorti de rien.jpgIrène Frain est thésarde, agrégée de lettres. Son père a une place importante dans sa vie, elle était sa préférée. Elle a de lui la curiosité, elle est curieuse de tout comme elle aime à le dire. Elle quitte très tôt la maison familiale, est professeure. Métier qu'elle qualifie de "passeur" et je ne peux qu'être d'accord avec elle. C'est une femme qui n'a de cesse que de travailler : journaliste, professeure, écrivain. Elle aime les histoires. Elle nous parle d'histoires. Histoire et histoire (importance de la majuscule). Sans le grand H, l'histoire est une story. Historia c'est une enquête au départ. C'est aussi un conte en français. Irène joue avec le mot "histoire", car dans son sillon d'écrivain il y a ce mot "histoire". Elle est une historienne de la grande Histoire, elle a suivie la story Agnelet, elle est dans l'histoire immédiate et elle nous conte son histoire personnelle. 

    Ce roman est né d'une réflexion qu'elle reçoit un jour. Un journaliste, dont on taira le nom, lui dit un jour "Vous êtes sortie de rien". Elle se tait, subit un chaos interne, et se sent impuissante. Elle ressent la colère de la dignité tâchée. Cette phrase lancée comme une flèche en plein cœur, l'interpelle, et elle décide de savoir pourquoi un tel propos. 

    Pour cela, elle va "enquêter" sur ses terres natales en Bretagne. Son métier de journaliste l'aidera pour approcher les bretons. Elle ouvrira enfin la fameuse valise noire paternelle, rangée chez elle en haut d'une étagère, sept ans après le décès de son papa. Elle part ainsi sur les traces de son père, sur l'histoire de son père, de sa mère, son histoire. Elle nous conte les codes des bretons. Les bretons de Terre, et les bretons de Mer : les mêmes fondamentaux, respecter les silences. Les silences ont une grande signification, Irène nous parle de l'épaisseur des silences. Elle cite son père pour illustrer son propos "Le bien ne fait pas de bruit, le bruit ne fait pas le bien".

    Elle nous fait découvrir sa Bretagne, l'histoire politique de sa terre natale : les rouges, les blancs, et elle qui viendrait des noirs... 

    Irène a écrit ce roman pour être au clair pour le tiers de vie qui lui reste. Pour cela  elle est allée aux enfers pour explorer les enfers, nécessaire pour revenir aux vivants. 

    L'échange est joyeux, empli d'anecdotes et puis le phrasé d'Irène Frain. Elle manie tout aussi bien la langue orale que la langue écrite. Je suis charmée, impressionnée...Jamais je ne pourrais converser avec Irène, tellement elle me laisse sans voix. Je ressens un profond respect pour cette femme. 

    Une très belle rencontre, une seule envie : lire "Sorti de rien". Je m'en vais donc commander un exemplaire chez mon libraire, et vous donne rendez-vous dans quelques jours. 

    Merci à Irène Frain, Aurélie de Gubernatis, la ville de Nice, Suzanne Lucéra.

     

    "Moi,la fille à la déprime,je me soigne à la curiosité"

     

  • Interview de Fabienne Blanchut et son portrait chinois

    FABIENNE.jpg

    Fabienne Blanchut est auteure de livres pour enfants mais pas que. Elle est aussi scénariste auprès des télévisions française et belge (là où elle demeure). Elle est de ses écrivains qui n'ont de cesse d'écrire, et d'être en contact avec leurs lecteurs. Son sourire ne peut laisser personne insensible, sa plume ne fait que ravir petits et grands, et son énergie est communicative.

    Fabienne est entrée dans ma vie voici quelques années. Et puis la rencontre eut lieu à la FNAC de Nice, où accompagnée de ma dernière, Malizzia alors âgée de quatre ans, j'ai été séduite par l'approche de Fabienne et fascinée par tous ses petits accessoires qu'elle distribue généreusement pour ses dédicaces. Puis, nous nous sommes revues au Salon du Livre de Paris, puis Nice, et depuis cette relation s'est au fil du temps transformée en amitié. Malgré la distance, Fabienne a été là, présente lors de mon accident, lors de mon mariage, partageant à distance les émotions que la vie nous offre. 

    Voici quelques temps, Fabienne m'a accordé beaucoup de son temps pour une interview entre amies. C'est donc avec grand plaisir que je partage cet échange avec vous, sans oublier le fameux portrait chinois. 

    L'année 2014 sera pour Fabienne, l'année des nouveautés, l'année aussi de quelques sorties qui donnent encore vie à "Princesse Parfaite" chez Fleurus, et aux "Coquinettes" aux éditions Hachette. Camille Dubois est toujours là aussi, munie de ses pinceaux qui nous offrent des illustrations pertinentes, douces et belles pour accompagner la plume de Fabienne. 

     

    Princesse Parfaite,c'est Zoé : un brin rigolote,un brin capricieuse, un brin attendrissante..Une petite miss dans laquelle chaque enfant se reconnait. Pour cette année, Zoé s'en ira à l'école, à la ferme, à la plage et au centre équestre. Soit quatre opus à ne pas manquer. 

     

    Les coquinettes, nouvelle collection chez Hachette, sont des livres qui s'adressent à une tranche d'âge 6-10 ans. Les histoires sont fabuleuses, les illustrations aussi. Mais au-delà du talent de Fabienne et Camille, cette nouvelle collection est un appel à la lecture. Les enfants, plus particulièrement les filles, faut l'avouer, s'identifient à  une des Coquinettes, et apprécient leurs péripéties, leurs petites histoires. J'ai testé la lecture autonome du premier opus dans ma classe (CP/CE1), et le retour a été fabuleux. Les enfants étaient heureux de pouvoir lire seul un vrai livre. Les coquinettes vont connaître de merveilleuses aventures en 2014 avec Jade, la gourmande des Coquinettes et une baby-sitter qui se prénomme Bérangère, et avec Des coquinettes et un Père-Noël

     

    Au détour de notre échange, Fabienne me fait part des nouveautés à venir. Je m'attends à un album qui ne soit pas dans une des collections dont je viens de vous faire part. Mais que nenni !!! Fabienne me livre une dizaine de nouveautés que je vous transmets donc avec bonheur. Je n'ai pas encore eu l'occasion de les lire, mais j'ai toute confiance en la plume de mon amie. 

     

    Chez Fleurus, Fabienne inaugure la collection "Super Kid" avec :

    • Hugo n'a même plus peur
    • Noah n'a même pas mal
    • Elliot est super sage 
    • Arthur ne triche plus.

    Ce qui est assez rigolo à la lecture des titres, c'est que je reconnais là certains de mes élèves, et pourtant ils n'ont pas été la source d'inspiration de Fabienne. Vanessa, hein qu'Hugo n'a plus peur d'écrire ? Yannick, dis moi qu'Elliot est toujours super sage.... 

     

    Chez Pixygraph (je ne connais absolument pas cette maison d'édition), Fabienne a écrit pour la collection "Léon et Goridou" 

    • Ma marraine 
    • Mon papa à moi
    • L'heure du bain
    • Le goûter.

     

    Puis elle clôture avec deux albums unitaires 

    • La couleur de mon caca
    • Petitou a deux mamans

     

    Alors, avec toutes ses nouveautés, les opus à venir je me dis que la lecture de jeunesse va être bien joyeuse cette année, et je vous tiendrais vite au courant de ce que j'en ai pensé. Mais en attendant, et pour clôturer cet entretien avec Fabienne, voici son portrait chinois. 

     

    Fabienne, si tu étais :

    Un signe de ponctuation 

    Le point exclarrogatif, parce ce que j’ai découvert ce drôle de signe de ponctuation sur une vieille Remington que j’ai chinée. Parce que la ponctuation se doit d’être vivante et de nous impliquer en tant qu’auteur et lecteur. C’est pourquoi la façon qu’ont les espagnols de ponctuer leurs phrases, au début et à la fin, me séduit beaucoup !

    Une chanson française : Ma plus belle histoire d’amour, Barbara

    Un moyen de locomotion : L'Orient Express. Un train d’exception.

    Une oeuvre d'art : Leonardo Da Vinci's Greatest Hits de Basquiat. Parce que l'artiste majuscule qu'est Basquiat rend hommage à celui qui reste pour moi, le plus grand génie de tous les temps.

    Une devise : « Je ne veux pas atteindre l'immortalité grâce à mon oeuvre. Je veux atteindre l'immortalité en ne mourant pas ». Woody Allen, mon maître à penser !

    Un roman : L'hôtel New-Hampshire de John Irving

    Un mot : Maintenant. C'est si difficile d'être dans l'instant.

    Un adjectif : Juste. Ca parle de loyauté, de sagesse et d'authenticité.

    Une ville : Londres. No comment.

    Un philosophe : Simone De Beauvoir. Evidemment.


     

    Encore un grand merci ma chère Fabienne, à très vite,

    sans mes béquilles et avec nos sourires. 

     

     

  • Portrait chinois de Franck Balandier, auteur du "Silence des rails" - Flammarion

    franck balandier.jpg

    Franck Balandier est l'auteur du "Silence des rails" paru aux éditions Flammarion voici quelques temps. Un roman poignant, vibrant, attachant. Un roman sélectionné pour le "Prix Orange", un roman à lire absolument pour que la mémoire reste, pour que l'histoire soit transmise. 

    Suite à ma chronique ici-même, Franck m'a contactée, et depuis nous échangeons sur tout et rien, et attendons les beaux jours pour naviguer sur la mer méditerranéenne, avec mon cher époux.

    C'est avec joie et enthousiasme que Franck a bien voulu répondre à mes quelques questions, et je vous livre donc un petit bout de lui à travers ce portrait chinois. 

    Si vous étiez :

     

    Un signe de ponctuation ? Les points de suspension. Parce qu'ils laissent au lecteur la possibilité de continuer la phrase. Et aussi pour l'usage qu'en a fait Louis-Ferdinand Céline.

    Une chanson française ? « La vie ne vaut rien », de Alain Souchon.

    Un moyen de locomotion ? Le train, forcément. Petit-fils et fils de cheminot, comment pourrait-il en être autrement ?

    Une œuvre d’art ? « Les montres molles », de Salvador Dali.

    Une devise ? « La vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie ». Voir ci-dessus.

    Un roman ? « Sur la route », de Jack Kérouac.

    Un mot ? « Fin ». 

    Un adjectif ? « Libre ».

    Une ville ? Paris. Ma ville. J'y habite depuis toujours. Je la découvre encore.

    Un philosophe ? Proudhon. 

     

     

    Franck sera au Salon du Livre de Nice, alors on note sur son agenda, et je vous réserve une petite surprise :-) 


  • Portrait chinois d'André Bessy, auteur de "Comédie Romantique" - Flammarion

     

    BORIS_portrait.jpg

    La semaine dernière je vous présentais "Comédie Romantique" du très doué André Bessy, paru aux éditions Flammarion. 

    Vos messages privés n'ont fait que confirmer que mes chroniques étaient bien lues, que vous étiez quelques uns, fort nombreux, à vouloir découvrir cet auteur et son dernier opus. Cependant, je ne pouvais envoyer à chacun d'entre vous un exemplaire, aussi les cinq "gagnants" recevront à la fin de la semaine leur roman tant attendu. 

    Pour vous faire patienter, voici le portrait d'André, qui a répondu avec enthousiasme à mes quelques questions. 

     

    André, si vous êtiez : 

    • Un signe de ponctuation ? Le point final
    • Une chanson française ? Les paradis perdus de Christophe

    • Un moyen de locomotion ? mes jambes
    • Une œuvre d’art ? Les fêtes galantes de Watteau
    • Une devise ? no sport
    • Un roman ? Le père goriot
    • Un mot ? extase
    • Un adjectif ? léger
    • Une ville ? Paris
    • Un philosophe ? Nietzsche

    Merci encore André, Barbara et à très bientôt j'espère.

    Comédie Romantique - Flammarion comedie romantique.jpg

  • Nouveau : Les Jeudis Littéraires à Nice

    Passionnée de littérature, dévoreuse de livres, et niçoise, je reprochais souvent que ma ville d'adoption ne bouge pas trop d'un point de vue littérature. J'ai cherché quelques clubs de lectures, quelques manifestations. Le CUM propose bien souvent de belles rencontres, mais hélas les horaires ne sont guère compatibles avec une activité professionnelle et la charge, agréable, de quelques enfants. 

    Mon libraire a lancé depuis quelques années des rencontres auteurs-enfants, sous forme d'ateliers qui sont vraiment bien. N'hésitez pas à y inscrire vos enfants d'ailleurs, et en plus c'est gratuit. 

    Ce week-end, en échangeant avec un ami auteur, j'apprends avec joie qu'Aurélie de Gubernatis, auteure et lauréate du Prix des Baies des Anges en 2011 pour "2012 - Les gardiens du temps", lance "Les Jeudis Littéraires". 

    Je m'en vais donc glaner des informations, et je suis sous le charme. Enfin des rencontres littéraires à une heure convenable, et dans un lieu fort agréable qu'est la Bibliothèque Nucéra, 2 place Yves Klein à Nice, la fameuse tête au carré pour les niçois. 

    Quelle belle initiative !!! Mais pour que cela perdure, il faut communiquer, informer, transmettre l'information. Seul reproche que je puisse faire à ce jour à la ville de Nice, ce manque de communication sur de tels événements. 

    Le premier rendez-vous est pour demain : jeudi 17 avril. 

    Irène Frain, rencontrée voici peu de temps, nous présentera son nouvel ouvrage "Sorti de rien", où elle dresse le portrait de son père. Un récit qui illustre la manière dont les racines familiales forgent la personnalité. J'ai hâte. Irène est une auteure douce, à l'écoute, et dans la communication. Elle dégage douceur, joie et bonheur. 

    Va s'en suivre, le jeudi 15 mai, Gilles Paris dont je vous ai déjà parlé ici-même. Il viendra nous présenter "L'été des Lucioles", un voyage sur le chemin des douaniers accompagné de Victor. Un livre à lire, à dévorer. 

    Puis, David Foenkinos présentera le jeudi 12 juin, "La tête de l'emploi", son dernier opus. Date qui lancera les festivités du Salon du Livre de Nice, mais de ça je vous en parlerai plus tard. 

     

    Aussi, amies et amis n'hésitez pas à nous rejoindre dès jeudi à 18 heures à la bibliothèque Nucéra. Je serais là, bien présente. Je vous attends donc avec impatience. 

     

     

  • Portrait chinois de Guillaume Fédou

    Guillaume Fédou est un auteur-compositeur-musicien. D'abord connu pour ses chansons à textes, chansons entraînantes et enivrantes par ailleurs, puis pour son premier roman "Mon numéro dans le désordre" 

    Ce jeune homme, né en 74 à Albi, est aussi un agile gentleman de la plume. Il collabore à de nombreux magazines tels que Blast, Inter-section et Travel Style. Parisien d'adoption, il est un homme très cultivé, maniant la langue et les formulations. Un sens de la répartie, un brin d'humour décalé, passionné de musique, il s'est prêté au jeu du Portrait Chinois. Je vous laisse le découvrir, il est le seul, à ce jour, à avoir mis autant d'humour, de mots dans son portrait. Merci encore Guillaume. 

     

    Guillaume, si vous étiez :

    Un signe de ponctuation ? Le point-virgule,évidemment. Même si en ce moment je pencherais plus du côté points de suspension, que j'utilise par paquets de 4..

    Une chanson française ? "Chacun fait c'qui lui plaît" de Chagrin d'amour, le titre qui a décapsulé les années 80. Même si en ce moment ce serait plutôt l'Emploi du Temps d'Arnaud Fleurent-Didier pour des raisons qui m'échappent. Ça doit être bien, en fait. 

    Un moyen de locomotion ? L'Autolib, sans hésiter. Génie pur à tous les niveaux. Design italien, partenariat public-privé de haute-voltige,connectivité insensée - l'appli, les bornes, écologie intelligente..Ça rend heureux de vivre aujourd'hui. Même si en ce moment je n'ai plus trop de points sur le permis et qu'il va falloir que je prenne le bus plus souvent. 

    Une oeuvre d'art ? C'est marrant je pense "peinture", alors que tout potentiellement peut être une oeuvre d'art, voire un chef d'oeuvre. Certaines personnes sont des chefs d'oeuvres. Mais je dirais le Baigneur de Cézanne, pour 2001 raisons. 

    Une devise ? "Rien ne se perd,rein ne se crée, tout se transforme".Principe de Lavoisier appliqué par David Bowie en 1971 (Changes)

    Un roman ? L'Homme sans qualités, de Musil, parce qu'il est aussi brillant qu'inachevé. Et puis parce qu'il m'arrive souvent de me demander ce qu'aurait pensé Ulrich de telle ou telle avanie contemporaine. Parce que j'aime les intertitres, aussi. 

    Un mot ?  "Juif". Est-ce un substantif, un adjectif ? Who the fuck knows... C'est de la nitroglycérine, tu lâches quatre lettres comme pour Dieu et BOUM ! T'as un déferlement de complotistes et de communautaristes, c'est comme si t'avais un point rouge sur le front, alors que l'on devrait pouvoir réfléchir tranquillement aux sens très différents que ce mot (Sémite et Sémiologie sont deux graines de Sem) recouvre, puisqu'il y a au moins mille façons d'être juif... Le débat est ouvert !      

    Un adjectif ? "Branché". Car je trouve que l'on malmène ce mot qui ne devrait pas se laisser faire. C'est bien d'être branché. Je ne parle pas des hipsters à barbe du Petit Journal. Je parle des vrais branchés, à l'ancienne, ceux qui avaient le courage et parfois le talent d'en être. Notons que le mot branché est d'origine policière (oui j'ai découvert ça) et qu'il veut dire complice. "Untel était branché sur le casse de la BNP" etc... On dit aussi "sur le coup" ou "dans le coup". Now you're in. 

    Une ville ? Bordeaux, pour toujours une ville de rock et pour toujours une ville de droite. Comme si ça allait ensemble, finalement, un peu comme dans le vers de Reverdy : "Personne dans la marge, plus rien sur le trottoir, le ciel est plein d'orages, ma tête est sans espoir". Que ferait la gauche à Bordeaux si elle gagnait ? Elle rallumerait Catherine Lalumière. Et c'est déjà ça. 

    Un philosophe ? Wittgenstein, pour ce W majestueux qui incarne la ville de Vienne, "Wien", où j'ai passé mon bac en 1992 - au Lycée Français, quelques années après Marjane Satrapi.  Les mille vies de Wi, ses limites du langage, son nom qui sonne comme un tambour Mitteleuropa, j'aime tout, sauf son Tractatus que je n'ai pas entrouvert. David Hume, sinon, philosophe humain. 

     
  • Mon numéro dans le désordre de Guillaume Fédou - Léo Scheer

    guillaume.jpg

     

    Guillaume Fédou fut l'un des premiers à être ici présent. Non pas pour son talent d'écrivain, mais pour son talent d'auteur-compositeur. En effet, j'étais tombée sous le charme de son "garçon moderne", et le suis toujours par ailleurs. 

    http://aposterioriapriori.hautetfort.com/archive/2011/08/07/guillaume-fedou-garcon-moderne.html

    Il nous revient quelques années après, mais en qualité d'auteur de roman, de son premier roman "Mon numéro dans le désordre". 

    Avant la lecture de cet opus, j'admire la couverture. Un savant mélange de Cézanne et de Guillaume Fédou. Une aquarelle qui ne laisse pas insensible et attire donc le regard. Cependant, voir un baigneur en slip me perturbe un peu. Que va donc nous conter Monsieur Fédou. Le lien illustration/titre n'est pas aisé, mais s'éclaire au fil de la lecture. 

    Me voici donc, un verre de blanc à la main, à la découverte de la plume de Guillaume. Deux cent cinquante et une page auront raison de ma bouteille de Montbazillac. Quel bonheur et quelle joie ce livre. 

    Ajoutons à mon verre, le critérium qui laissera une mine entière tellement les formulations sont vives et pertinentes, mais aussi pour souligner toutes les références qui nécessitent quelques recherches sur le web. Entre références culturelles, musicales et parisiennes Guillaume nous conte les aventures d'Arthur et sa maman, appelée "Mama". Une connotation italienne pour moi, mais il en est rien. La mère d'Arthur est une soixante huitarde, pittoresque, dépressive, divorcée et juive. 

    Arthur est le fils aîné, vingt huit ans, fraîchement licencié, bordelais devenu parisien branché. Il fréquente la nuit, le monde de la mode, il est là où il faut être vu, là où il faut être, ce qui lui permet d'avoir son tissu social et de boire à l’œil comme il s'amuse à le dire. 

    Suite à son licenciement, il décide d'offrir à sa mama dépressive un séjour à New-York. Cette ville qui fait rêver, la ville de la deuxième chance. Sauf que le départ se fait quelques jours avant le 11 septembre 2001. 

    Les premiers jours qui précèdent l'attentat qui changera la face du monde, Arthur et Mama vont vivre quelques situations rocambolesques, dont l'origine n'est autre que la Mama. Partie de Paris sans ses médicaments, elle n'a de cesse d'en faire qu'à sa tête, et de se mettre dans les situations les plus pittoresques. Elle disparaît, s'éprend pour un Bob Marley des années 2000, ne suit que son instinct. Arthur ne profite pas vraiment, se demande quand sa mère sortira de cet état. Puis cette rencontre avec un psy qui va remettre pour quelques jours à peine la mère dans les "rails". Elle se calme dirons-nous. 

    Tout semble allait mieux, mais c'était sans compter sur cet attentat qui va bouleverser, outre nos deux personnages, la vie de tout à chacun. 

    Je ne vous dévoilerai pas la suite, l'après 11 septembre, car il faut lire ce roman. 

    La plume de Guillaume est maîtrisée, vive, gaie, humoristique. Au fil des mots, des phrases, des pages, le lecteur est aspiré dans la vie new-yorkaise, il vit l'horreur, il vit aussi le changement. 

    En effet, ce roman se veut, sous un aspect "comique", être un traité de l'avant et après 11 septembre. Une étude sociologique de ce qu'à changer cet événement tragique qui a touché le monde entier. Arthur est une victime, il ne sera plus le même. Il y a l'avant, puis l'après, la naissance des années 2000. La prise de conscience aussi que l'on peut mourir n'importe quand, n'importe où par la folie d'hommes.

    Arthur mènera quand même sa quête du bonheur, mais il est différent. Les vacances qui se devaient être normales apporteront à nos héros une autre vision du monde, de l'avenir, de la vie simplement.

    Un livre à acquérir, mais attention les références sont nombreuses dans tous les domaines. Il m'a été nécessaire de faire quelques recherches, n'étant pas de la génération 90, mais plutôt 80, n'étant pas non plus au fait des mœurs et coutumes de la vie parisienne. Quelques traductions m'ont aussi été nécessaires, ne maîtrisant absolument pas l'anglais. Cependant, cela ne m'a pas gêné dans ma lecture de ce roman bien ficelé et qui met en exergue le changement du monde dès lors que deux avions se sont écrasés sur les tours du World Trade Center.

    Faire le deuil de l'avant, se construire dans l'après. Se trouver, se réaliser, être, être soi. Tel est le message que nous délivre Arthur, ou Guillaume ? En effet, on peut se demander ce qui est vrai, ce qui est faux. Est-ce la réalité de Guillaume qui a permis à Arthur de rentrer dans la fiction ?

    Allez, vite, filez acheter ce tout premier roman d'un homme qui le vaut bien :-)

    baigneur-cezanne.jpg

     

    Quelques extraits :

    • Cet agent de l'Etat français éprise de service public pratique plutôt le suicide par répartition, façon puzzle éparpillé au-dessus de l'océan que nous aurons tant de mal à traverser. 
    • C'est un art chez les Kaminsky de maquiller sa douleur en agressivité. 
    • Mais une chose est sûre : en lâchant Bordeaux pour vivre à Paris, notre famille s'est littéralement vendue aux Boches. Quant à l'Américaine, elle n'a fait qu'injecter un peu de vérité dans toute cete bordelaise hypocrisie, même si je rêve encore aujourd'hui de la voir en plein vol. 
    • Seul le travail compte, et là-dessus je suis d'accord avec ton père : on ne bâtit rien les bras croisés. 
    • Comment ai-je pu accoucher d'un pareil monstre ? Sans doute en fermant les yeux sur toute une partie de ton histoire personnelle. Mais ce n'est pas le moment d'en parler....
    • Il serait vraiment temps pour moi de vivre pour vivre. Ne devrais-je pas la laisser être femme accomplie avant d'être mère ? 
    • Ennemis de la pop, des putes à frange et des instruments à vent, les talibans ont donc provisoirement gagné la partie. 
    • Pour ou contre la connerie, le racisme et les oranges pressées ? Les terroriste ont ciblé la finance, épargnant a priori des mécréantes dans mon genre. Mais s'ils avaient visé le MoMa, aurais-je un jour renocntré ce double que je cherchais depuis ma naissance ? J'ai longtemps cru que la lumière viendrait d'une fille, que seul l'amour pouvait être source de complétude. 
    • J'ai une sacrée boule au ventre de devoir partir. Quand on est à ce point en fusion avec la moindre paroi new-yorkaise, il s apparaît illusoire de pouvoir décrocher un jour, et même de pouvoir raccrocher les wagons de son existence. Aussi toxique soit-elle, NYC est le meilleur terrain de jeu pour le "je". Un playground existentiel sans limite dont je respire l'air corrompu à pleins poumons en chantonnant avec Mama son sempiternel air du vieux Trénet : "Grand-Maman, c'est New York / Je vois les bateaux-remorques..." qui emportent tout sur leur passage, comme à la fin du Voyage de Céline. Voilà, merci, on remballe.. 

    A l'attention de Guillaume Fédou  

    Alors non tous les gens qui habitent la Côte d'Azur n'ont pas une villa et ne votent pas FN :-) 

    Sophie Marceau est toujours belle, et moi aussi je l'ai préférée dans l'étudiante

    Un jour j'irais à New-York ...

  • Comédie Romantique d'André Bessy - Flammarion

    André Bessy, Flammarion, Comédie Romantique, livre français, rentrée littéraire 2014, amour, vacances, été, lireSon nom ne vous dit peut-être rien, et pourtant j'ai déjà parlé de ce jeune auteur, au physique de mannequin et à la plume déliée, précise, apprivoisée et fine. Sous André Bessy, se cache un certain André Boris, auteur de trois opus astrologiques dont je vous ai vanté tous les mérites les années précédentes. 

    André reprend pour ce nouveau roman quelques personnages de ces opus précédents. Nous retrouvons avec joie Guillaume Béranger et sa femme Julie (Attention au scorpion - septembre 2011 - Flammarion). Ajoutons à ce jeune écrivain et son épouse, Victoire l'éditrice, Stéphane l'ancien champion de foot, Louis le jeune mannequin et quelques autres personnages hauts en couleur, Carole et Ludivine par exemple,  et nous avons là l'ensemble des personnages qui vont nous faire partager leurs déboires, leurs amours, leurs tracas, leurs visions de la vie, de l'amour tout au long de quelques trois cent cinquante pages. 

    Livre en main, je m'extasie devant cette belle couverture haute en couleur : un cœur formé par quelques dizaines de crayons de couleur bien taillés. Une typographie très agréable pour nous informer du titre, de l'auteur, de l'éditeur. Chouette couverture, vraiment ! 

    Premières pages dédiés à Barbara et Etienne Daho, je ne suis pas surprise et je trouve cela beau. Très beau même. "Il fut long le chemin Et les mirages nombreux Avant quel'on se trouve", tellement vrai pour moi... Merci Etienne Daho et André. Mais je m'égare, revenons à ce roman dévoré en quelques heures. 

    Départ pour Nice, salon du livre oblige, pour notre cher écrivain, son éditrice et quelques inconnus jusqu'alors. L'occasion pour Victoire et Guillaume de passer un peu de temps ensemble, résister ou pas à la tentation d'un corps à corps. Mais rien ne se passe comme prévu. Cet inconnu assis à côté de Victoire va venir semer le trouble. 

    Retour sur Paris, rencontre avec Stéphane, l'athlète, dans une boîte de nuit pour notre attendrissante éditrice. Elle ne sait pas qu'elle sera en charge de son livre à venir, elle ignore même qui il est. 

    Voici en quelques mots la situation initiale de ce récit. Puis sous la plume d'André nous allons partager le quotidien de Victoire. Cette femme célibataire, qui sous ses airs, ne rêve que de l'amour avec un grand A, d'être une femme, une épouse, une mère. Mais elle est aussi une réincarnation de la mante religieuse. Entre ces deux aspects de sa personnalité comment se construire une vie de femme "rangée" ?

    D'aventures en aventures, de non dits en quiproquos, de doutes en certitudes, Victoire nous embarque dans son quotidien avec les hommes, avec ses amies. Elle nous confie ses doutes, ses certitudes, ne se dévoile pas entièrement non plus. Elle se doit de garder une part d'ombre, de mystère. 

    Qui choisir entre Guillaume, son écrivain-poulain, Stéphane l'athlète au passé un peu sombre et Louis déconcertant et ambigu. Telle est la question que se pose Victoire. Mais elle ne sait pas vraiment, trouvant en chacun d'eux une bonne raison de céder aux plaisirs de la chair. Ceci étant, elle finit par décider de "se ranger". Elle se persuade qu'il est le bon, qu'il sera un père parfait, qu'il sera un mari extraordinaire. Elle s'en convainc, elle se donne à lui, mais est-ce le bon choix ? Elle ne se pose plus la question, par crainte de passer à côté de son rêve d'enfant, et décide donc de se marier, de se donner à lui. Mais, sous la plume d'André, tout peut arriver, et Victoire découvrira alors qu'elle n'a pas fait le bon choix. Ne comptez pas sur moi pour vous annoncer qui est cet homme, à vous de lire ce roman qui mérite vraiment lecture et partage. 

    Au-delà de la trame de ce récit qui fait de vous lecteur un vrai créateur, quelques passages m'ont interpellée. J'ai aussi vécu la douleur de Stéphane (je ne connais que trop la douleur d'un genou "abîmé", le(s) doute(s) de Victoire, l'indécision.... 

    André Bessy est journaliste de formation. Il maîtrise les mots, les formules, les formulations. Mais au-delà de cette plume incisive, précise, fine et limpide, André a le sens du détail. Tout est décrit avec précision, on sent le travail "journalistique" d'informations, de recherche de détails. Rien n'échappe à la plume d'André. Des coulisses d'un défilé de mode, à la tenue vestimentaire de Victoire, des sommets montagneux aux rues de Paris. Les mots sont recherchés, dans le registre d'un français soutenu. Cet écriture est parfois en décalage avec la légèreté des propos, mais c'est là où André est un écrivain hors pair. Ecrire une comédie romantique avec un lexique si riche n'est pas donné à tous, mais surtout propose une cassure avec ce genre que l'on a parfois tendance à catégoriser. 

    Ici il s'agit d'une fiction de genre sentimental qui met en scène une jeune femme d'aujourd'hui, active, urbaine. En théorie, la fiction de genre privilégie l'action sur le style, mais seulement en théorie. En effet, André réussi ici à privilégier les deux : action et style. Un style d'écriture qui ne peut laisser insensible. Les mots sont précis, recherchés, justes. Les phrases sont grammaticalement et syntaxiquement parfaites. Une plume qui je l'espère vraiment, sera un jour reconnue à sa juste valeur. André mérite largement de connaître LE SUCCÈS avec ce roman. 

     

    Vous en doutez ? Et ben, je vous propose de découvrir André Bessy, et vous offre cinq exemplaires de son dernier roman. Comment faire ? 

    Simplement en commentant ce billet doux, et en m'envoyant vos coordonnés à berangere.lanteri@gmail.com 

     

     Extraits 

    • Celle-ci n'appartenait pas à la catégorie des beautés évidentes. Elle avait un visage étrange, constitué de nombreuses irrégularités lui conférant, lorsqu'on s'attardait sur ses traits,un aspect un peu cubiste. Son œil droit était plus ouvert et placé plus bas que son œil gauche. L'arête de son nez sinuait en son milieu et ses lèvres étaient dessinées à l'oblique. Malgré tout, un air malicieux, férocement intelligent, nivelait l'ensemble et allait même jusqu'à produire une vive illusion d'harmonie. (p 78)
    • Mais un visage à la beauté olympienne possède la  faculté d'anesthésier toutes les peurs naissantes et Victoire, en contemplant à satiété celui du demi-dieu qui était assis près d'elle, fut de nouveau submergée par le désir de céder à la tentation. (p 112)
    • Je m'aperçois que tu viens de décrocher et je ne sais pas ce qui m'a pris de te dire tout ça, étant donné que j'ai toujours considéré la salive comme l'un de mes biens les plus précieux et que je suis en train de la gaspiller à me décharger sur quelqu'un qui ne le mérite pas forcément. (p 153)
    • Sortir des sentiers battus, c'est une chose. Etre suicidaire c'en est une autre, ironisa Victoire (p 226)
    • Continuons de fêter le présent, c'est ce qu'on sait faire de mieux. (p 239)
    • D'un geste empreint de mécontentement, elle jeta son portable droit devant elle. Telle une toupie, l'objet malmené tournoya sur son bureau avant de s'écraser au sol,  non loin d'elle. Peu rancunier, il garda sa forme initiale ainsi que la totalité de ses facultés numériques (p 255)
    • D'une part, je vous rappelle que les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent (p 257)
    • En France, critiqua-t-il à présent, pays des pâles Lumières, la littérature de genre est, par essence, considérée comme un sous-genre. (p 279)

     

    Petit clin d’œil à Victoire 


  • Portrait chinois : Eric Neirynck

    Eric Neirynck.jpg

    Eric s'est prêté au jeu du portrait chinois, depuis sa Belgique natale. En pleine promotion de son dernier opus "66 pages", il a su m'accorder quelques minutes et je l'en remercie donc. 

     

    Eric, si tu étais : 

     

    Un signe de ponctuation ?

    Le point d'exclamation, je l'adore. Je l'ai toujours beaucoup employé peut être pour donner de l'importance même aux plus petites chose

    Une chanson française ?

    Je t'aime moi non plus. La chanson d'amour parfaite

    Un moyen de locomotion ? 

    Le train. Ça m'a toujours fait rêver les trains. Tout y est possible même les choses les plus incroyables

    Une œuvre d’art ?

    Plusieurs même, la série des nus de Modigliani. Une pure merveille

    Une devise ?

    L'euro ;)

    Un roman ?

    Voyage au bout de la nuit de LF Céline. La base de la littérature moderne pour moi.

    Un mot ?

    Angoisse. parce qu'il m'accompagne à chaque instant.

    Un adjectif ?

    Enorme. Comme moi physiquement :) plus sérieusement c'est celui que j'utilise le plus pour exprimer ma joie après une lecture.

    Une ville ?

    Paris. Rive Gauche de préférence

    Un philosophe ?

    Barthes, mais ce serait trop long d'expliquer pourquoi

     

  • Le silence des rails - Franck Balandier - Flammarion

    LE SILENCE DES RAILS.jpgEn ce début d’année, une de mes résolutions est de lire des romans qui  ne me tentaient point, tels les romans historiques, les romans étrangers… Je ne sais qui a entendu cette résolution tenue secrète, mais je commence cette année avec « Le silence des rails », que son auteur définit ainsi : « Ce livre est une fiction qui s’inscrit dans un contexte historique réel. Certains personnages ont existé. D’autres non. »

    Dans le contexte social actuel, j’ai des craintes sur ce roman à la lecture de la quatrième de couverture. Cependant, j’ai une totale confiance en la personne de G. et j’ouvre donc ce livre d’un format très agréable.

    Ma crainte sera de courte durée, remplacée alors par l’émotion, les frissons, la colère, la révolte, l’amour, la compassion. De sa plume acidulée, Franck Balandier nous conte, dans un contexte historique réel, les (mes)aventures d’Etienne.

     

    Etienne est mal né, un certain 18 novembre 1918. Dès ses premières secondes de vie extra-utérine, Etienne est confronté à la vie, au milieu d’une multitude de voyageurs qui attendent, ou pas, le train. Malgré une atmosphère polluée, propre aux quais de gare, Etienne a la soif de vivre, et va vivre.

    Etienne se construit sans l’image de la mère aimante, sans l’image paternelle. Il ira en orphelinat, en partira, et découvrira la vie, la rude vie de la rue, du Paris qui ne va pas tarder à être envahi par les allemands. Etienne se cachera pour vivre son homosexualité. Il assume son orientation sexuelle, l’assume avec Antoine, ne la subit pas. Et puis, les allemands envahissent la ville. Les rafles se suivent et se ressemblent. Antoine est embarqué, Etienne n’échappera pas longtemps. Son voyage vers le camp de Natzweiler-Struthof débutera un certain 22 juillet 1942. Le 23, Etienne est un parmi tant d’autres dans ce camp, camp de l’horreur, le camp de la mort.

    Il se verra coller un triangle rose, signe de son homosexualité. Ce fameux triangle est, à cette époque,  le symbole utilisé par les nazis pour identifier les homosexuels masculins. La déportation de ces hommes s’inscrivait dans une logique de répression des indésirables, des personnes considérées comme dangereuses par le régime en raison de leurs convictions. Ce symbole de discrimination sera repris dans un contexte totalement différent par Act Up dans les années 90.

    Le froid, les manques de toute nature deviennent alors le quotidien de notre narrateur, Etienne. La crainte, la peur, l’angoisse, et malgré tout l’espoir est là. Ne pas mourir. Ne pas vouloir mourir.

    Est-il chanceux pour être affecté au service général du camp ?

    Sa mission : collecter les déjections de ses congénères. Pour ce faire, il est surveillé par Ernst. Avec ce dernier, la communication est signe simplement.

    Ernst est fusillé pour une vague histoire de dictionnaire, de mots. Mina viendra le remplacer. Fermée, pas tendre, elle sera comme Ernst, cependant, empreinte de vie et de bonté tout de même.  Ils ne sont pas méchants ces deux-là. En eux, un brin d’humanité résiste.

    Et puis, il  y a cette petite fille au ballon, à l’extérieur des barbelés qui délimitent la zone de vie des déportés. L’œuvre d’art « Le ballon » de Vallotton a alors envahi mon esprit à chaque mot qui lui était dédié. Innocente, douce, cette enfant connaîtra malheureusement une fin tragique. Elle qui vivait en dehors du camp de la mort. Etienne, lui continue de vivre. De survivre. Continue à ne pas vouloir mourir. Je ne sais quelle est la meilleure formulation.

    Au fil des pages, on vit avec Etienne. Le froid s’empare de moi, les frissons vont et viennent. Le sourire se dessine de temps à autre sur mes lèvres. Mes yeux sont fixés sur ses mots si savamment assemblés. Mon esprit s’égare. Les images de camp s’entremêlent, mes cours d’histoire me reviennent. Je tremble, j’espère, je prie. Tout comme Etienne qui écrit de temps à autre à Dieu.

    Un roman qui ne peut laisser insensible, juste. L’auteur signe là un roman plus que réussi. Il embarque son lecteur, avec talent, avec 26 lettres de l’alphabet. Il a une réelle baguette magique, celle qui donne le pouvoir de provoquer en nous le rire et les larmes. Les mots vibrent, résonnent. Ce roman est un film, l’intrigue évolue, les désirs, les passions, les états d’âme sont nombreux et nous tiennent en haleine jusqu’à la dernière page.

    Etienne est touchant, Etienne est beau, Etienne est un homme, il est l’Homme. Etienne, toi ce héros qui n’a pas encore quitté mon esprit. Rare sont les fois où je suis à ce point touchée par un personnage de fiction. Un roman ancré dans un décor réel, qui a existé. Un roman où les faits sont réels et où l’auteur a le don d’y faire évoluer un personnage sorti de son imagination.. ou pas. En refermant ce livre, Etienne continue à vivre dans mon imaginaire.

    A lire absolument. A faire lire aussi à cette jeune génération qui ne sait plus où elle va, qui oublie le passé. Un roman qui je l’espère aidera certains à être plus aimant, à ne pas oublier, à ne pas juger, mais à aimer son prochain.

      Un livre magnifique, troublant. 

     

    Le silence des Rails - Franck Balandier - Flammarion - sortie le 5 février 2014

  • Ecriturefactory.com - Premières semaines

    images.jpg

    Voici quelques jours, je vous faisais part de mon inscription à un atelier d'écriture en ligne. Comme promis dans mon premier billet, je vais partager avec vous, et je l'espère pousser certains d'entre vous à visiter ce site, mes premiers pas dans cette belle aventure.

    A ce jour, je suis à ma leçon 3. Etrange sensation qu'est la mienne de me dire "Je suis à la leçon 3". Moi l'enseignante, je ne suis pas habituée à suivre une leçon, à prendre la posture de l'élève, mais quel plaisir, mais aussi que de questions et de doutes.

    Doutes qui sont par ailleurs levés dès la première leçon. J'étudie soigneusement et comme une étudiante modèle. Je la lis une première fois, puis une seconde où je prends des notes, pour finir à écrire, avec mes mots, ma leçon sur un cahier acheté à cet effet. Je classe ensuite mes polycops dans mon classeur blanc aux bordures roses. Une vraie étudiante organisée. Les stylos, les stabilos sont en vrac sur mon bureau, entre le cahier, l'ordinateur et le fameux classeur.

    L'aspect  "étudiante" mis à part, cette aventure est une vraie révolution intérieure. J'apprends à lire autrement, à écrire autrement. A chaque leçon, un exercice. A chaque exercice, une correction personnelle par un professeur. La correction n'est pas normative. Elle n'est que conseils, relève de quelques erreurs, et pistes pour avancer. Une très belle démarche pédagogique à mon sens.

    C'est ainsi que de devoirs en devoirs, j'acquiers une rigueur plus importante, un regard neuf sur mes mots, des attitudes différentes de lectrice, et j'ouvre mon champ littéraire.

    A ce jour, je suis heureuse de découvrir de nouveaux auteurs. Des auteurs de nouvelles. Genre littéraire que je lis peu, mais auquel je suis en train de prendre goût.

    Cet atelier d'écriture est synonyme de discipline, de rigueur, d'échanges, de conseils, d'avancées, d'apprentissages, de découvertes.

    Un bonheur, et une Bérangère qui change son regard petit à petit sur les textes qu'elle peut lire.

    A très vite pour la suite de mes aventures littéraires et d'écriture.  

     

  • 66 Pages d'Eric Neirynck - Zeugme éditions

    66 pages image.jpgLe dernier opus d'Eric Neirynck a atterri dans ma boite mail, à la seule initiative de son auteur. Je le remercie de cette intention délicate et qui m'a fait doublement plaisir. 

    Plaisir d'avoir un texte à lire, car on le sait tous je manque de lectures (humour). Plaisir que son auteur pense à moi après nos quelques péripéties. 

    Eric Neirynck édite chez Zeugme Editions son deuxième opus. Petite maison d'édition, qui je le souhaite deviendra grande. 

    Dès la première page, le lecteur est averti, il s'agit d'une histoire comme tant d'autres. Est-ce une fiction, une autofiction ? On n'en sait rien, et à la limite on s'en moque. Toutefois, si l'on connait un peu l'auteur, ne serait-ce que par sa page Facebook, on se doute qu'il y a du vrai, du vécu dans cette histoire. A quel moment ? Libre choix au lecteur. 

    Un homme, Eric (le narrateur, et non l'auteur, quoique...), est confronté à une rupture amoureuse très particulière, voire déchirante. Il nous livre ses états d'âme, son passé, son mal vivre, ses angoisses, ses certitudes aussi. Et c'est ainsi qu'il décide de se rendre chez un psy. Vous savez ceux qu' on appelle médecin et qui vous accueille avec une feuille, un stylo et vous écoute parler. 

    Eric décide de franchir les portes de ce cabinet médical, de se soulager de quelques quatre-vingts euros par séance pour se libérer de ses maux, et de ses mots. La première séance est courte, concise, frustrante. Se présenter, payer 80 euros, et partir sans tout comprendre. Et puis, réaliser que ça fait du bien, ou pas de mal, que de parler à une personne étrangère à notre mal. Et vient alors l'empressement du second rendez-vous. Tel est l'état de notre narrateur. Un mec un peu paumé, un peu à bout de souffle mais sans perdre le souffle. Un mec qui a des doutes, qui se pose trop de questions, et peut-être pas les bonnes.

    De séance en séance, Eric va coucher son malaise de vie sur du papier. Il va écrire, sous l'influence de sa psy, il va rencontrer son bonheur : Il et Elle rencontrés dans un train. Il en fait une histoire, son histoire. Il la conte à son médecin de l'âme. Entre deux rendez-vous il écrit son histoire. Et puis, cette séance où tout bascule. Où le désir s'emmêle, où le plaisir de la chair prend le dessus, où l'amour naît. Est-ce une bonne thérapie ? Et pour qui ? 

    Pour cela, il vous faut acquérir "66 pages", et vous le saurez. Mais surtout vous serez happé par la plume libertine, incisive d'Eric Neirynck. Les mots s'entrechoquent, se suivent et ne se ressemblent pas. Eric a affiné sa manière d'écrire depuis quelques années. Il garde son style direct, dérangeant, provocant mais oh combien miroir de notre société actuelle, sur un sujet banal mais tout aussi répandu. 

    On retrouve aussi les maîtres à penser de l'auteur : Céline et Bukowski. Grégoire Delacourt et Nicolas Rey sont aussi cités. Savant mélange des genres, des époques et des styles. 

    66 pages en chanson, c'est ici : Tes états d'âme d'Eric

     

    Facebook mon amour d'Eric Neirynck, c'est par là : Facebook mon amour

     

    66 pages d'Eric Neirynck disponible en version papier et numérique...